vendredi, 05 avril 2019 08:18

La presse Guinéenne dans le tourment

Écrit par 

Après la cavale de Houssainatou Diallo Directrice générale Guinée TV1 suite à une tentative d’arrestation, au tour de sa famille de se retrouvé dans le harcèlement l’intimidation et les menaces de la part du régime d’Alpha CONDE.
Détenant des documents compromettant sur une affaire de surfacturation et de corruption mettant en cause le ministre des affaires étrangères guinéenne, Houssainatou Diallo reste introuvable depuis quelques semaines maintenant. Recherché par les autorités guinéennes, cette activiste et directrice d’une web télévision Guinéenne menait une enquête sur le ministère des affaires étrangères guinéenne.
Après sa fuite vers une destination inconnue, les locaux de l’entreprise qu’elle dirige, son lieu d’habitation ainsi que ceux de ces proches ont été perquisitionné par des hommes cagoulés en tenu militaire. Le lieu d’habitation de sa sœur ainée n’a pas été épargné. Durant la perquisition de sa maison, Aissatou Lamarana Diallo sœur de la Directrice en cavale a même été brutalisé. Depuis, elle reçoit permanemment des appels et des messages de menace de mort. Elle est reprochée de connaitre ou se cacherait sa sœur.
En Guinée, le régime du président Alpha Condé n’est pas tendre envers la presse. Le président tient souvent des propos sévères envers les médias nationaux et internationaux, et les organisations de défense de la liberté de la presse. Les autorités tentent régulièrement de censurer les médias critiques du pouvoir sous des prétextes administratifs ou juridiques. Cette situation de précarité et restriction de la liberté d’expression fait perdre encore trois places à la Guinée dans le classement mondial de la liberté de la presse fait tous les ans par Reporters sans frontières.
Alhassane Diallo

Lu 1039 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.