lundi, 04 novembre 2019 20:34

Mouctar Diallo, nouveau complice du chef de gangs ?

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Mouctar Diallo, leader des Nouvelles Forces Démocratiques (NFD) ou de ce qui en reste donne l’estocade : « Il y a des gens armés, utilisés par l’opposition ». Par cette sortie pour le moins ratée – il pouvait vraiment se taire, comme il n’a eu rien à dire au cours de son intervention sur les GG si ce n’est de souffler sur les braises en tentant de sacrifier des adversaires inatteignables -, Mouctar Diallo s’expose et se révèle être le complice parfait d’un chef de gangs faits de tireurs embusqués.

Il dédouane illico daredare, les forces de défense et de sécurité qui maintiennent souvent le désordre (pas de l’ordre) au cours des manifestations politiques. « Tout porte à croire que les tueries ne sont pas le fait d’une organisation venant du pouvoir », s’empresse de conclure Mouctar Diallo, oubliant complètement que c’est lui-même qui tire les conclusions avant même la fin des enquêtes : «Nous sommes en train de faire des enquêtes. »

Une honteuse incohérence qui en dit long sur la compromission du ministre de l’Emploi jeunes. Mouctar Diallo est-il sur une autre planète ? Que dit-il des incursions et autres expéditions punitives des gendarmes et policiers dans les quartiers proches de l’opposition, notamment Wanindara, Bambeto, Cosa, etc. ? En évoquant des armes détenues par des manifestants au cours des marches politiques, Mouctar Diallo entre dans le sillage d’Alpha Condé : «On sait que ce sont eux-mêmes [les organisateurs des manifestations] qui tirent sur les gens. Quand il y a des morts, ça impressionne la communauté internationale. Là, ce sont des tentatives de déstabilisation d’un pouvoir démocratiquement élu. L’opposition a toujours été putschiste et elle se dit que s’il y a des morts, on met ça sur le dos du gouvernement. »

Par cette même occasion, Mouctar Diallo, sous d’autres cieux, devrait être entendu, en sa qualité de témoin mais aussi et surtout de complice de gangs.

A défaut d’en être le financier…

Lu 36 fois