dimanche, 13 octobre 2019 20:43

Crise en perspectives : Le grand Imam de Conakry, en sapeur pompier ?

Écrit par 

Face au risque de violences qui se profile à l’horizon, avec la série de manifestations anti-3ème mandat lancées par le FNDC, le Grand imam de la mosquée Fayçal de Conakry, interpelle Alpha Condé et son Premier ministre, sur le projet de reforme constitutionnelle qui divise les guinéens.

S’exprimant chez nos confrères de Guineematin, El hadj Mamadou Saliou Camara, dit avoir conseillé le Président Alpha Condé et son Premier ministre de ne pas s’aventurer sur un projet dont son honneur pourrait être remis en cause.

« J’étais avec le président hier, on a fait deux heures du temps. Lorsqu’on était assis, je lui ai dit de ne pas accepter la guerre. Ce n’est pas bon. Fais tout ce que tu peux, mais de ne pas répondre à l’opposition pour la guerre. Barre la route devant la guerre. En Afrique et dans le reste du monde, tout le monde cherche deux choses : l’honneur et le bonheur. Mais ici en Guinée, on ne cherche que le bonheur. Quand je suis imam aujourd’hui, l’argent vient de la part de l’opposition et du gouvernement. Ça, c’est mon bonheur qui consiste à construire des maisons pour mes enfants et j’oublie mon histoire derrière moi. Moi, je suis âgé de plus de 80 ans, je vais faire quoi avec l’argent ? Zéro ! Je vais faire quoi avec les femmes ? », s’interroge le Chef religieux qui déconseille le Président Alpha Condé de s’aventurer dans ce projet risqué.

Poursuivant, le grand imam de Conakry ajoute : « Hier, j’ai invité le Premier ministre et il est venu. Je lui ai dit les mêmes mots. Il ne faut pas aider quelqu’un contre ton honneur. Moi, je défends l’honneur. Le Prophète Mohamed ne vit plus ça fait plus de 1 400 et quelques années, mais son honneur reste. Pendant la colonisation française, la Guinée était préfecture, le Sénégal était gouvernorat, la France capitale, et Kindia était un cercle. De Gaulle est passé, mais la France est restée. L’honneur de De Gaulle est là. Nous, c’est le bonheur seulement qu’on cherche pour dire qu’il a construit tel nombre de maisons. C’est quoi ça ? Ici, tu ne vois jamais un fonctionnaire qui dit si c’est comme ça je démissionne. Jamais ! Tu peux nommer aujourd’hui Elhadj Mamadou Saliou Camara comme ministre de l’Elevage, c’est moi qui vais dire au président que tu m’as trahi. On a combattu ensemble, pourquoi tu me mets ici ? C’est parce que ce n’est pas le travail qu’il veut… », estime-t-il.

Il reste à voir si le Chef religieux parviendra à faire fléchir le locataire du palais Sékhoutouréya, qui n’a pas encore dit son dernier mot sur son projet de 3ème mandat, qui suscite de débat en Guinée.

Lu 456 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.