dimanche, 24 février 2019 21:55

Présidentielle au Sénégal: retour sur la journée électorale

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Au Sénégal, les bureaux de vote ont ouvert ce matin à 8h (heure locale) pour les près de 6,7 millions d’électeurs appelés aux urnes pour élire leur président. Cinq candidats sont en lice, qui ont tous appelé à une forte mobilisation. Une journée de scrutin à suivre en direct sur rfi.fr. Les bureaux de vote ont fermé à 18h heure locale.

Notre direct est à présent terminé. Merci à tous ceux qui ont suivi le fil des évènements tout au long de la journée.

Les horaires sont indiqués en temps universel (TU) et heure locale.

Ce qu'il faut retenir :

  • Au Sénégal, ce 24 février, pas moins de 6,7 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes pour élire leur futur président, qui doit succéder au président sortant, Macky Sall.
  • Outre ce dernier, quatre autres candidats sont en compétition pour la magistrature suprême. Il s'agit de Madické Niang, d'Issa Sall, le très religieux candidat du Parti de l'unité et du rassemblement (PUR), d'Ousmane Sonko, le candidat du Pastef (Patriotes du Sénégal pour le travail, l'éthique et la fraternité) et d'Idrissa Seck, pour la coalition Idy 2019.
  • Malgré l'impréparation à certains endroits et l'insuffisance des contrôles, le scrutin s'est globalement déroulé dans le calme, loin des aléas des législatives de 2017.
  • La participation en fin d'après-midi était estimée entre 55% et 70% dans certains quartiers de Dakar. Les quelque 32 000 Sénégalais inscrits sur les listes électorales en France ont cependant été moins nombreux à se déplacer: à peine 11% de participation à la mi-journée pour Paris, où le consulat avait mis en place des bureaux de vote aux Docks, en banlieue.

19h : opérations de dépouillement en coursA l'école HLM-Grand Yoff, à Dakar, le dépouillement devrait prendre une heure environ, note notre correspondant sur place. Il sera réalisé en présence d’observateurs internationaux mais aussi des représentants des partis. A l’heure de la fermeture, on ne trouvait ni retardataire ni longues files d’attente. Les citoyens ont en effet pris leurs dispositions. Ce centre de vote est à l’image du Sénégal. Le scrutin s’est bien déroulé à l’échelle du pays. Aucun incident notable n’est à signaler ce soir.

Cependant, des électeurs et des observateurs ont rapporté que certains inscrits ne figuraient pas sur les listes électorales de leur bureau de vote. La Commission électorale autonome (CENA) assurait en fin de journée que ces dysfonctionnements avaient été réglés et que les présidents des bureaux de vote avaient été informés pour accompagner les électeurs concernés.

Le chiffre de la participation sera désormais particulièrement déterminant pour le scrutin. Il n'existe pas d’estimation pour l’heure au niveau national mais dans le grand centre de vote HLM-Grand Yoff, qui comporte dix bureaux de vote et près de 6 000 inscrits65% des électeurs étaient venus voter à 17h, le tout dans la commune d’arrondissement la plus peuplée de la ville de Dakar.

17h00 : Le calme plat a succédé à l'euphorie de ce matin au quartier Biscuiterie de Dakar. Les 18 bureaux de l'école Biscuiterie sont désormais quasiment déserts, note notre correspondant sur place. Les derniers électeurs qui se présentent sont souvent ceux qui ont travaillé ce dimanche ou qui ne voulaient pas faire la queue dans la matinée. A 16h, la participation y variait entre 55% et 70%.

Cette journée électorale qui s'achève s'est déroulée dans le calme à Dakar. Chacun des cinq candidats avaient appelé à un vote apaisé. Fidèles à leur tradition, les Sénégalais ont voté dans la tranquilitéEn 2017, l'organisation des législatives, avec le nouveau fichier électoral et la nouvelle carte électorale, avait parfois été chaotique.

On compte beaucoup moins de difficultés pour cette présidentielle dans la capitale. Le principal problème rencontré était celui des électeurs qui se présentaient dans un bureau mais qui votaient en fait dans un autre. Les responsables les ont le plus souvent réorientés.

Ce vote va se terminer d'ici 1h. Les équipes des 18 bureaux de l'école Biscuiterie se préparent donc, en présence des représentants des cinq candidats à la présidence, pour la prochaine étape : le dépouillement.15h20 : La première dame sénégalaise, Marem Faye Sall, était également présente à Fatick où votait son époux, le président sortant Macky Sall.

Sur le réseau social, son époux, le président sortant Macky Sall a exhorté les Sénégalais à accomplir leur devoir citoyen dans la paix et la sérénité pour « décider de ce que nous ferons des cinq prochaines années ».15h00 : La cheffe de la mission d'observation de l'Union européenne (UE), Elena Valenciano, a dressé un premier bilan du scrutin. « Ces premières heures du scrutin, cette ouverture est évaluée positivement par 95% de nos observateurs, a-t-elle déclaré. Dans un bureau de vote sur cinq, nos observateurs ont relevé un manque de préparation des membres du bureau de vote. Dans un nombre significatif de cas, le contrôle des doigts encrés s'est révélé insuffisant à l'entrée des bureaux de vote. Il est encore trop tôt pour pouvoir se prononcer d'une façon significative et rigoureuse. On doit attendre le déroulement de la journée ».

 

14h45 : Les cinq candidats à la présidentielle ont voté dans la matinée dans les différentes communes où ils sont inscrits, un geste qu'ils ont tous accompagné de déclarations.

 
  • Madické Nianga voté à Touba, la ville sainte de la confrérie mouride. « Jusqu’a présent, nous n’avons aucune information menaçant sérieusement la légitimé du vote, a-t-il déclaré.L’équité des droits est mon premier souci, je ne suis pas au-dessus de la loi ».
  • Issa Sall, le très religieux candidat du Parti de l'unité et du rassemblement (PUR) a lui voté dans son fief de Tattaguine où il n’y avait pas beaucoup d’électeurs présents : « Même s’il n’y a pas une forte affluence, cela augure une bonne élection qui se passe dans le calme », a-t-il assuré.
  • A 25 kilomètres de là, à Fatick, sa ville natale, Macky Sall a déposé son bulletin dans l’urne. « Je tiens à saluer la maturité du peuple sénégalais, la forte mobilisation » a déclaré le président sortant avant d’ajouter : « Au terme de cette élection, celui qui sera choisi devra être le président de tous les Sénégalais. J'espère évidemment que ce sera moi ».
  • A Thiès, à 70 kilomètres de Dakar, Idrissa Seck a lui appelé à « la sérénité et au calme afin que le peuple souverain puisse exprimer librement sa volonté de changement ».
 
Lu 458 fois Dernière modification le lundi, 25 février 2019 23:51