lundi, 18 février 2019 21:50

Guinée: les enseignants contractuels sont dans l’impasse vis a vis de leur situation

Écrit par 

Les enseignants contractuels sont sortis dans la rue ce lundi. Ils réclament leur intégration à la fonction publique après avoir  remplacer  les titulaires pendant la période de  grève. Cette réclamation fait suite à la demande du ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation de passer un test avant leur intégration à la fonction publique.

Très tôt ce  matin ces hommes de craie ont ralliés la devanture de la DCE de la plus grande commune de Conakry Matoto. Vite dispersé d’autres interpellés, ils ont fait un repli stratégique. Quelques temps après se sont regroupés et direction vers le même endroit. Mais ils ont été vite été stoppé à coup de gaz de lacrymogène. « Nous étions venu le matin, mini de nos pancartes et tracs sur lesquels c’est écrit nous voulons notre intégration à la fonction publique, pas de test, c’est ainsi les forces de l’ordre sont venues nous jeter du gaz, nous maltraité. Mais nous ne reculerons jamais dans ce combat. Car le président a demandé notre intégration mais le ministre ne veut pas, il fait l’esprit malin dans cette affaire » Explique Alsény Mabinty Camara, porte parole des enseignants contractuels.

Dans ce tohu-bohu, ce sont deux femmes qui subissent les effets collatéraux de cette manifestation. Pire une femme enceinte a été touché par le gaz. « Ils sont venus me tiré dessus. Moi je ne voyais même pas ce qui se passait. Sauf quand mon jeune frère m’a dit rentrer dans la maison, c’est le gaz et en ce temps je ne voyais rien. Ils veulent nous tuer. Voilà cette dame en ceinte qui été touchée » s’insurge une femme sous anonymat.

Décidé à aller dans ce combat qu’ils trouvent légitime, ces enseignants ne sont pas prêt à abandonner. Alors ont peut dire que l’éducation guinéenne a encore une fois de l’épine sous les pieds.

Lu 996 fois Dernière modification le mardi, 19 février 2019 19:59

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.