lundi, 16 avril 2018 15:46

Alpha Condé, le premier à violer la loi

Évaluer cet élément
(0 Votes)

e Pr Salifou Sylla, ancien ministre de la Justice, estime que toutes ces interpellations ne sont pas crédibles dans la mesure où les hauts cadres et même le président de la République  viole la Constitution sans être inquiété.

‘’Ce sont des histoires. Il y a des ministres, des députés, des présidents de groupes parlementaires qui tiennent des propos assez graves. Si la justice fonctionnait dans ce pays, il y a longtemps qu’on aurait poursuivi ces gens-là. Donc, il ne s’agit pas de poursuivre seulement quand ça vient des autres’’, fait remarquer l’ancien Garde des Sceaux sous le général Lansana Conté dans les colonnes du Pop.

Le Pr. Sylla dit à qui veut l’entendre que ‘’la Constitution est absolument violée. Même le président de la République stigmatise des régions. Donc, ce n’est pas étonnant que les autres en fassent autant. Si vous êtes véritablement un républicain, il y a des choses qu’on ne doit pas accepter de faire. Même le jeune ministre Khalifa Gassama Diaby a soulevé ces questions ici, et il a raison’’.

Dans le semainier, il poursuit : ‘’Il ne faut pas faire une justice de deux poids deux mesures. Il faut que la justice se retrouve, parce que le soubassement d’un Etat de droit, c’est non seulement le respect du droit, mais aussi  l’application correcte du droit par les juges. Quand les juges se mettent à la marge de l’application correcte du droit, cela pose problème’’.

L’ancien ministre de la justice assure qu’il ‘’y a longtemps qu’on tient des propos haineux. Ça n’a pas de crédibilité parce que ce n’est pas la loi que l’on fait respecter. L’exemple-là devrait commencer par les autorités elles-mêmes. Il faut que les dirigeants sachent qu’ils sont soumis au droit. Ainsi, le pays sera tranquille’’.

L’assignation en justice de communicants du RPG et de l’UFDG intervient quelques jours seulement après la condamnation d’un autre communicant du principal parti politique d’opposition pour outrage au chef de l’Etat, à 18 mois de prison ferme.

Lu 106 fois Dernière modification le mardi, 17 avril 2018 10:43