vendredi, 13 avril 2018 11:04

La récréation doit désormais prendre fin en Guinée

Évaluer cet élément
(0 Votes)

intégration économique des États africains occupent désormais une place prépondérante dans les rendez-vous africains. Des rendez-vous où les africains discutent et décident par et pour l’Afrique.

De façon régionale, le continent a désormais décidé d’aller à une intégration économique au niveau continental. C’est vraiment ambitieux. Un traité vient d’être signé à Kigali créant ainsi une Zone Libre Continentale (ZLEC). Ce traité est censé donner un souffle nouveau à la dynamique commerciale intra-africaine qui est de nos jours à 16% pour passer à 60% à l’horizon 2022. Une dynamique commerciale qui pourrait générer 35 milliards de dollars de richesses supplémentaires.

À l’analyse, le traité s’identifie en un salut pour l’Afrique. C’est pourquoi, il a réussi l’adhésion de 44 pays dont la Guinée. Toutefois, 11 pays dont le Nigeria se sont abstenus. Quels sont les dividendes de ce traité pour un pays comme la Guinée ?

Le traité n’est pas encore ratifié. Alors les parlementaires sont appelés à apprécier le traité en se basant sur l’outil le SWOT. Pour me limiter à l’extrême, des interrogations surgissent. Pour un pays dont les droits de douanes occupent une place importante dans la recette, comment s’y prendre ?

Dans un pays où l’électricité fait défaut et consécutivement des grandes unités de production font défaut, ne serait-on pas en train de réduire des pays comme la Guinée en des pays de consommateurs ? La Guinée est-elle prête à affronter l’offensive culturelle ivoirienne, marocaine ? La Guinée est-elle prête à déclarer une guerre économique avec des pays comme le Maroc ? Que va vendre la Guinée au reste des pays africains ?

Si l’accord arrivait à être ratifié par le parlement guinéen, le débat doit être désormais orienté sur le développement. Car, cela y va la survie de nos PME, des entreprises, du made in Guinea. Le retrait du Nigeria, première puissance économique en Afrique, doit interpeller plus d’un. Sinon que la constitution d’une seule zone d’un milliard deux cent millions de consommateurs devrait logiquement intéressée le Nigeria.

Lu 454 fois Dernière modification le vendredi, 13 avril 2018 22:11