mercredi, 11 avril 2018 13:33

Aboubacar Sylla met en garde Alpha Condé

Évaluer cet élément
(0 Votes)

ancien porte-parole de l’opposition républicaine ne prendra part  aux travaux du comité du suivi. Aboubacar Sylla accuse ses pairs de l’opposition et la mouvance présidentielle de pactiser pour violer la constitution.

‘’Admettons qu’au niveau du comité de suivi, à la fin des travaux, on modifie les résultats publiés par la CENI.  Cela voudrait dire, premièrement, qu’on a violé la constitution. Parce que d’après la constitution, c’est la CENI qui a l’exclusivité de l’organisation des élections et de la proclamation des résultats’’, indique Aboubacar Sylla.

Deuxièmement, poursuit-il, ‘’ça veut dire qu’on a déjugé les juges qui se sont prononcés sur les contentieux électoraux et qu’on peut remettre en cause les décisions de la justice, et par ricochet la crédibilité de notre système judiciaire’’.

‘’Si le président de la République cautionne cette pratique, il se sera parjuré. Le jour de sa prestation de serment, il a juré de respecter et de faire respecter scrupuleusement la constitution, les lois et les décisions de justice. En cautionnant cela, il sera passif d’une poursuite devant la Haute Cour de la justice’’.

Aboubacar Sylla affirme qu’il est à perdre des conseillers communaux au lieu de remettre en cause des institutions. ‘’Si à chaque fois que quelqu’un de taille utilise tous les recours possibles sans obtenir gain de cause, il se retourne dans la rue pour dire qu’il a été triché, on ne sortira jamais de
conflits post-électoraux’’, estime-t-il.  Et pire encore, alerte-t-il, ‘’si on reste sur cette voie de consensus et d’arrangement, les élections législatives seront un moment de péril pour notre pays’’.

Lu 606 fois Dernière modification le mercredi, 11 avril 2018 13:51