samedi, 14 septembre 2019 21:46

Claude Kondiano : l’autre honte de trop !

Écrit par 

Durant toute sa mandature, il n’a jamais réussi à créer la bonne ambiance au Parlement, à cause notamment de son manque de charisme et du manque d’unanimité qu’il jouit au regard de sa propre famille politique. L’opposition a manifesté des années durant pour la tenue des élections.

Kondiano n’a rien trouvé si ce n’est flétrir la démarche des opposants, alors qu’il pouvait au moins inscrire dans les ordres du jour, au moins une réclamation de ceux-ci. Mais, même les enquêtes parlementaires n’auront pas eu d’échos favorables. Kondiano a brillé par sa transparence, pas dans la gestion mais, dans la prise de décisions légales. Aujourd’hui, l’autre honte de trop, c’est bien celle qu’il a vue, en recevant le Premier ministre sans les opposants.

Pris dans son propre piège, le président du Parlement s’attaque à ses adversaires : « J’avais souhaité que la représentation nationale qui relève d’une Assemblée plurielle soit représentée par toutes ses composantes au point de vue famille politique. C’est-à-dire la droite, l’extrême droite, au centre, à la gauche. J’ai regretté tantôt, hélas, l’absence de l’extrême droite (UFDG) et du centre (UFR). »

En tout état de cause, « Conformément à l’article 51 de l’actuelle Constitution, le président de la République est autorisée par cette constitution à proposer un référendum pour consulter le peuple sur le contenu à donner à la constitution. Ce débat a été trop passionnel alors que la Constitution de 2010 a fait son temps. » C’est tant mieux !

Surtout qu’il lui manqué la manière l’adresse avec lesquelles il devrait s’adresser aux députés de l’opposition. « Chacun de nous a été appelé par le protocole du président de l’Assemblée Nationale au téléphone. Je voudrais préciser que personne, aucun groupe parlementaire n’a reçu un courrier du président de l’Assemblée Nationale nous invitant à une rencontre avec le Premier ministre. Cette forme est un mépris»,fulmine Fodé Oussou Fofana, tout en rappelant que toutes les déclarations faites n’engagent que Kondiano. Lequel d’ailleurs est qualifié par l’UFDG de «parrain du mouvement Dompilo », cette structure constituée de démagogues en panne d’inspiration mais qui invite à la modification de la Constitution

Lu 643 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.