vendredi, 08 février 2019 15:31

Election Mairie Matoto: Kalémodou entend recourir à la justice

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Une élection contestée par Kalemodou Yansané, qui n’a pas pris part au vote. Toutefois, le candidat de l’UFDG dénoncé ce jeudi 07 février 2019, une incohérence dans les résultats proclamés au terme de cette élection du bureau communal de Matoto.

« Nous n’avons pas été au vote d’aujourd’hui parce nous avons demandé au ministre de nous dire quel est l’objet de la réunion d’aujourd’hui, il a répliqué pour dire que l’objet de la réunion d’aujourd’hui c’est l’élection du maire. Nous, nous avons dit que le maire de Matoto a été déjà élu devant la presse (…) Deuxième chose, la loi prévoit que le vote soit convoqué par arrêté du ministre, mais c’est le secrétaire général qui a pris note pour convoquer les conseillers. Nous ne pouvons pas les suivre dans ça. Nos lois ne sont pas faites pour s’amuser avec, ce n’est pas un mouchoir avec lequel on s’essuie. Et vous avez constaté que toute la presse qui a témoigné, le 15 décembre 2018 que j’ai été élu, n’a pas été autorisée à être dans la salle. À partir de là, ce n’est plus transparent. Qu’est-ce qu’on cache ? Et qu’est-ce qui s’est passé ? Les 14 élus de l’UFDG ne sont pas venus, celui du PEDN n’était pas là, celui du RPR est à Kamsar, il y a un qui est décédé, le deuxième du PUP n’est pas venu. Il y a d’autres partis qui n’étaient pas conviés, je ne citerai pas leurs noms ici, et il y a même des élus du RPG Arc-en-ciel qui n’étaient pas conviés. Donc, dans la salle, il n’y avait plus de 15 personnes physiquement présentes. Est-ce que c’est ce que nous voulons pour la Guinée ? (…) Donc pour moi, cette élection ne compte pas. Je ne sais pas pour vous si sa compte, vous ne pourrez pas témoigner, c’est une élection publique et on empêche la presse de rentrer dans la salle » affirmé Kalémodou Yansané, candidat de l’UFDG.

Devant des militants de son partis le candidat de l’UFDG pour la mairie a déploré du faite que les journalistes n’ont pas pu accédé à la salle pour suivre le votre. Il a toutefois promis de saisir les juridictions compétente afin d’être rétablit dit-il dans sont droit. « Nous n’allons pas nous associer à ça. Nous allons saisir les tribunaux pour dire le droit. On ira au  tribunal de Mafanco. Si on n’obtient pas gain de cause, on ira saisir la Cour suprême« , a-t-il annoncé.

Lu 524 fois Dernière modification le lundi, 11 février 2019 15:56